Recherche Médicale

Des recherches en masse..

En effet les études se sont multipliées ces dernières années, plus de 6 000 études et recherches médicales référencées de par le monde. Un record en terme d’intérêt, mais aussi en terme de résultats concrets et positifs pour la santé mondiale. Les lobbies freinent un dévoilement total des avantages de la curcumine, comme il en va de même pour le chanvre et le son de riz.

Extraits de recherches médicales Universitaires

(Natural News) Des chercheurs du Département de sciences naturelles à l’Université du Middlesex au Royaume-Uni ont fait une découverte fascinante au sujet de deux composés naturels « superaliments » et leur capacité à tuer les cellules cancéreuses. Il s’avère que les deux extrait aronia ( Aronia melanocarpa ) et le curcuma ( Curcuma longa ) travaillent de concert avec eux pour arrêter la propagation des cellules cancéreuses malignes, ainsi que provoquer la mort des cellules cancéreuses, un processus plus communément appelé apoptose.

L’étude, qui a été publiée dans la revue Rapports oncologie , a évalué les effets de l’aronia et de la curcumine sur une ligne de glioblastome spécifique des cellules de cancer du cerveau appelés U373.

Parce que les études antérieures ont déjà établi que les deux plantes possèdent des propriétés anticancéreuses uniques, les chercheurs, qui eux-mêmes ont étudié les avantages thérapeutiques des herbes de plusieurs années, a décidé d’examiner plus avant comment une des formes les plus courantes et mortelle de cancer du cerveau peut répondre à ces deux superaliments anticancéreux.

Il s’avère que l’Aronia Berry, qui est riche en flavonoïdes anthocyanes et d’autres antioxydants et de nutriments, est nécrosée à la lignée cellulaire U373 de cancer, ce qui signifie qu’il tue effectivement les cellules cancéreuses.

Et la curcumine extraite du curcuma est riche en polyphénols anti-cancéreux, induit efficacement l’apoptose dans U373, ce qui signifie qu’elle arrête cette progression cellulaire mortelle stoppant la production de nouvelles cellules et leur diffusion.

Lorsqu’ils sont utilisés ensemble, à la fois l’aronia et le curcuma semble susciter une défense punch en une-deux contre le cancer du cerveau .

« Le but de cette étude était d’étendre notre recherche précédente pour évaluer le potentiel thérapeutique de ces deux agents en testant leur capacité à induire l’apoptose dans une lignée de cellules de glioblastome établi (U373) « , écrivent les auteurs dans leur résumé.

« Dans l’ensemble, les données comparatives suggèrent que la curcumine et l’extrait d’aronia peuvent développer leur potentiel anticancéreux en induisant l’apoptose et l’invasion inhibant en réduisant les MMP (métalloprotéinases matricielles) l’expression des gènes.

 » Selon une étude de 2003 publiée dans le journal Anticancer Research , la… cancéreuses juste cerveau et bloque efficacement les tumeurs cancéreuses de se former, se reproduire, et métastases ( http://science.naturalnews.com/pubmed /12680238.html ).

L’ Extension Foundation Life (LEF) recommande hautement biodisponible BCM-95 variété de curcumine comme la forme la plus efficace. (http://www.lef.org /magazine/mag2007 /oct2007_report_curcumin_01.htm)

De même, l’aronia a été démontré dans des études précédentes pour être l’une des sources végétales les plus riches de lutte contre le cancer antioxydants.

Une étude publiée plus tôt cette année dans la revue PLoS One explique comment l’extrait de jus Aronia possède des propriétés chimiothérapeutiques uniques qui ciblent efficacement les cellules tumorales lymphoblast dérivés associés à la leucémie lymphoblastique. (http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed /22412883 )

Les sources de cet article sont: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22842701 et http://www.naturalnews.com/037476_aronia_curcumin_brain_cancer.html##ixzz2hL34DsvA

111

Le curcuma est connu depuis des siècles

Le Curcuma traditionnellement offre sa curcumine et ses propriétés anti-inflammatoires. au monde… Son efficacité semble large et a déjà été mise en avant contre l’arthrose.

Des chercheurs & Psoriasis

Une épice efficace contre les graves symptômes de la polyarthrite rhumatoïde, grâce à ses curcuminoïdes.

Les rhumatisme inflammatoire chronique : les curcuminoïdes réduisent les souffrances de 45 malades dus à la polyarthrite.

La prise de 500 mg d’un complément alimentaire titré à 95% de concentration en curcuminoïdes, et 50 mg de diclofénac (voltaréne) , aussi 50 mg de diclofénac et de curcumine seuls pris séparément pour comparer.

Le complément alimentaire utilisé était une formulation particulière destinée à améliorer l’absorption du curcuma par l’organisme, qui est très faible naturellement.

Il s’agit ici d’un extrait de curcuma micronisé (une poudre extrêmement fine) mélangé dans une huile essentielle de curcuma ( l’huile permettant un meilleur franchissement de la barrière intestinal.

Pendant huit semaines les patients ont été suivis et leurs symptômes ont été évalués à l’aide des questionnaires standards utilisés pour cette maladie et des prises de sang.

Les résultats montrent alors que, même si tous les patients ont vu leurs symptômes diminuer, c’est le groupe qui a pris de la curcumine seule qui a vu la plus grande amélioration et sans aucun effet secondaire.

La différence était statistiquement significative.

Ces résultats sont très encourageants pour les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde, une maladie qui peut être très invalidante. Un complément dont l’absorption est optimisée semble un choix important.

L’optimisation de la curcumine dans l’organisme qui l’absorbe peut être lipidique (huile noix de coco, olive vierge, huile de chanvre, huile de curcuma..), par l’action de la pipérine ou de la broméline d’ananas..

Référence : Chandran B, Goel A. A Randomized, Pilot Study to Assess the Efficacy and Safety of Curcumin in Patients with Active

 

La Curcumine, un actif surpuissant

La curcumine est le principe actif du curcuma, épice entrant dans la composition du curry. Il est crédité de propriétés anti-inflammatoires et de vertus antioxydantes.

Il pourrait avoir un effet bénéfique sur les fonctions cognitives des personnes âgées si l’on en croit les données recueillies auprès de 1000 sujets âgés de 60 à 93 ans.

Selon les résultats des tests psychométriques classiques comme le Mini Mental State Examination (MMSE), les fonctions cognitives sont d’autant plus satisfaisantes pour cette classe d’âge que la consommation de curcumine est fréquente voir journalière.

American Journal of Epidemiology, novembre 2006.(extrait)

Curcumine et Alzheimer

Recherche médicale : Alzheimer

Une équipe de chercheurs de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA) et de l’université de Californie à Riverside ont découvert que la combinaison des deux substances stimule le système immunitaire contre la propagation des plaques amyloïdes dans le cerveau, dont on pense qu’elles provoquent la démence chez les malades d’Alzheimer.

La nature, offrent de nouvelles possibilités de prévention et de traitement de la maladie d’Alzheimer », a déclaré le Dr Milan Fiala, auteur principal de l’étude et chercheur à l’école David Geffen de médecine de UCLA.

Il faudrait une réelle volonté de voir les plantes devenir nos remèdes, mais l’empire pharmaceutique ne le voit pas de cet œil.

De nombreuses études montrent qu’un apport supplémentaire de curcumine de façon journalière (pas à base de curcuma seul car il ne fournit pas assez de substance active) en anti-oxydant et anti-inflammatoire, et pourrait réduire la fabrication de plaques amyloïdes. 

Voir en anglais : http://alzheimer.neurology.ucla.edu /begum.html

curcumine titrée à 95% de concentration en curcuminoides

Curcumine et pipérine

La curcumine et la pipérine ciblent les cellules souches du cancer du sein

Un article publié le 7 novembre 2009 dans le journal Breast Cancer Research and Treatment fait état d’une découverte par des scientifiques de l’université du Michigan que la curcumine, un ingrédient extrait du safran d’Inde, (communément appelé curcuma), et la pipérine, extrait du poivre noir, aident à inhiber la prolifération des cellules souches qui alimentent le cancer du sein.

Les cellules souches sont des cellules non différenciées qui peuvent devenir des cellules de toute sorte à l’intérieur d’un organe.

Le principal chercheur, le Dr Madhuri Kakarala, assure que les cellules malignes ont leur origine dans les cellules souches à cause de l’effet d’autogénération des cellules.»

Selon cette hypothèse, la réapparition du cancer après la chimiothérapie est due au fait que ce traitement n’est pas efficace contre les cellules souches malignes.

Ainsi, si on arrive à éliminer les cellules souches cancéreuses et à réduire le nombre de cellules souches normales, le risque de récidive pourrait être diminué.

Recherche médicale :

Les chercheurs ont comparé les différentes concentrations de curcumine et de pipérine dans une substance administrée in vitro dans des cellules épithéliales du sein.

Les quantités de curcumine et de pipérine administrés représentaient 20 fois la puissance et concentration de ce qui pourrait être consommé dans l’alimentation.

Ils ont constaté une réduction des marqueurs pour les cellules souches des seins dans les cultures traitées avec la plus faible concentration de curcumine, et une inhibition complète en doublant cette concentration.

L’addition de la pipérine à la curcumine a donné une réduction des cellules souches encore plus grande, tout en n’ayant aucun effet sur le développement des cellules normales.

«Ceci a démontré que ces ingrédients naturels n’ont aucune toxicité pour les tissus mammaires normaux», a remarqué le Dr Kakarala.

La curcumine combinée à la pipérine peut prévenir le cancer en ciblant les cellules souches. Ce mécanisme a le potentiel de prévenir les tumeurs sensibles aux oestrogènes de même que les cancers plus agressifs qui ne sont pas stimulés par les œstrogènes.

«Si nous pouvons limiter le nombre de cellules souches, nous pouvons limiter le nombre de cellules qui ont le potentiel de former des tumeurs» note le Dr Kakarala,

et il ajoute:

«Les femmes ayant un risque élevé de cancer du sein peuvent choisir de prendre le tamoxifen ou le raloxifène à des fins de prévention, mais la plupart des femmes ne veulent pas prendre ces médicaments à cause de leur toxicité élevée.

Le concept que des éléments qu’on trouve dans les aliments peuvent aider est très attrayant, d’autant plus que la curcumine et la pipérine semblent avoir un très faible potentiel de toxicité.»

La curcumine a un grand nombre d’autres effets dans le corps. Toutefois, une de ses fonctions les plus importantes, est l’activité bénéfique de la curcumine pour entraver les signaux de croissance émis par les cellules cancéreuses qui stimulent l’angiogenèse (le développement de nouveaux vaisseaux sanguins dans la tumeur).

Référence : www.lef.org/newsletter /2009/1215_Curcumin-Bioperine-Target-Breast-Cancer-Stem-Cells.htm

L’article parle aussi de cinq autres mécanismes anticancer prouvés de la curcumine, tous documentés dans des articles publiés dans des revues scientifiques. Toutefois il était trop long de les inclure ici. Si vous lisez l’anglais, allez à la référence ci-dessus.

En passant, et ceci est un autre aspect très important des bienfaits de la curcumine, elle possède des propriétés anti-inflammatoires qui en font un puissant allié pour la santé cardiovasculaire.

Je vous mettrais cependant en garde contre l’idée que vous puissiez obtenir tous ces bienfaits en mangeant des plats au curry.

Le Poivre Noir : Cet ingrédient assure la biodisponibilité de la curcumine. Donc, ne vous en faites pas si vous n’aimez pas la cuisine indienne, vous n’arriveriez jamais à obtenir le genre de bienfaits dont on parle dans cet article seulement en mangeant quelques plats aromatisés avec cette épice! Préférez de la curcumine pure à 95% additionnée de 5% de pipérine. 

Source : www.santedesfemmes.com

Recherche médicale : Etude Canadienne révélée le 26 sept 2012

Effets du curcuma chez des personnes en bonne santé : 38 personnes en santé, âgées entre 40 et 60 avec prise d’un placebo, ou d’autres l’extrait de curcumine (80mg/jr). Les chercheurs ont fait des prélèvements sanguins et de salive. Le placebo n’a causé aucun changement entre le début et la fin de l’étude.

Quant au curcuma, il a significativement:

  • Diminué les triglycérides sanguins;
  • Diminué l’amylase salivaire, une enzyme qui digère l’amidon;
  • Augmenté la capacité antioxydante de la salive;
  • Augmenté l’activité de la catalase plasmatique, une enzyme antioxydante importante;
  • Diminué de façon importante la concentration plasmatique des protéines bêta amyloïdes, associées au développement de la maladie d’Alzheimer et du déclin cognitif;
  • Réduit le taux de sICAM (Soluble Intercellular Adhesion Molecule-1), une protéine associée à la maladie cardiaque;
  • Augmenté le taux de myéloperoxydase plasmatique, une enzyme de protection contre les radicaux libres;
  • Augmenté le taux d’oxyde nitreux, associé à un meilleure dilatation des vaisseaux sanguins;
  • Diminué l’activité de l’enzyme alanine amino transférase, une enzyme qui augmente lorsque le foie est en mauvais état.
You cannot copy content of this page
%d blogueurs aiment cette page :