La recherche avance : Le Curcuma

curcuma_curcumine_antioxydant

LE CURCUMA : Des Recherches prometteuses

Le curcuma (Curcuma longa) épice consommée particulièrement en Inde et en Asie, seule ou dans le fameux curry,
fait à nouveau parler de lui!

Les chercheurs après avoir isolé dans le rhizome «curcuminoïde», de puissantes propriétés anti-oxydantes, anti-inflammatoires et neuroprotectrices ont pu mettre en lumière d’autres propriétés remarquables : anti cancer et anti Alzheimer.

Les données épidémiologiques ont de quoi nous interpeller: les Indiens sont 8 fois moins touchés par le cancer du poumon, 9 fois par le cancer du sein, 10 fois par celui du rein que les occidentaux.

Dans les pays gros consommateurs de curcuma, les cancers du côlon, de la prostate, les leucémies sont moins fréquentes que dans les pays peu consommateurs.

Plusieurs données confirment que dans une tranche d’âge entre 70 et 80 ans les indiens sont 4,5 fois moins touchés par le fléau de la maladie d’Alzheimer que dans les pays occidentaux.

Il semble que la curcumine, principe actif du curcuma, aurait la capacité de franchir la barrière hémato encéphalique. Ce qui expliquerait son action au niveau du système nerveux.

Dans le cas de la maladie d’Alzheimer la curcumine serait capable d’inhiber ou de ralentir le dépôt de plaques d’agrégats protéiques anormaux qui caractérise cette maladie tout en prévenant leur formation(1).

 

 

Des pistes contre Alzheimer

Une chercheuse Sally A. Frautschy, du Centre de recherche sur la maladie d’Alzheimer de l’université de Californie Los Angeles (UCLA) et au Veterans Administration Medical Center déclare:

«Mon laboratoire mène des recherches visant à mieux comprendre les mécanismes cellulaires, biochimiques et génétiques qui perturbent les fonctions cognitives des malades d’Alzheimer. 

Nous nous intéressons en particulier à tester des composés courants connus pour leur innocuité. En fait, la curcumine a de multiples modes d’action. Elle bloque l’accumulation et l’agrégation des protéines amyloïdes, elle corrige les dégâts causés par l’inflammation, elle bloque la peroxydation des lipides qui accélère normalement la disparition des connections neuronales…

Pour toutes ces raisons, nous la considérons comme la molécule la plus prometteuse parmi toutes celles qui sont développées pour lutter contre la maladie d’Alzheimer.» (*)

 

D’autres propriétés

Les propriétés anti inflammatoires de la curcumine, à l’origine de l’intérêt des scientifiques pour cette substance, inhibent notamment la production de certaines cytokines impliquées dans les processus inflammatoires.

Ce phénomène est générateur de douleurs articulaires, intestinales (le syndrome de l’intestin irritable, maladie de Crohn).

Une étude récente ajoute encore un bonus à ses nombreuses vertus : la capacité de la curcumine à réduire l’hypertrophie du cœur(2).

Pour parvenir à cette conclusion une première équipe de chercheurs canadiens a donné de la curcumine à un groupe de souris souffrant d’hypertrophie cardiaque, un facteur de risque d’infarctus important.

Bilan : la curcumine a permis de réduire l’hypertrophie du cœur, diminuant ainsi le risque d’infarctus. Si les résultats sont en attente de confirmation sur des groupes humains les chercheurs ont bon espoir de reproduire des résultats comparables.

 

Curcugreen®

Les solutions naturelles

Pourquoi et comment utiliser le curcuma ?

  • En cas de maladies dites dégénératives
  • Réduire l’inflammation.
  • Pour soulager les troubles inflammatoires (arthrite rhumatoïde,troubles menstruels).
  • Traiter les ulcères gastriques.
  • Traiter les troubles digestifs et hépatiques.
  • Usage externe – Traiter les inflammations de la peau et les blessures.

Le curcuma épice peut s’utiliser en prévention et comme complément alimentaire en phase d’attaque. Dans ce cas, utiliser de préférence un concentré à 95%de curcumine, et en raison de sa faible assimilation par l’organisme veiller à opter pour de la Curcumine pure à 95% additionnée de pipérine, ou bromélaïne ou un corps gras tel que l’huile d’olive.

 

Curcugreen®

 

Références :

Vittoria Siegel – (1)Journal of Inorganic Biochemistry ,fév 2004.
(2) Hong-Liang Li, C. Liu, G. de Couto, M. Ouzounian, M. Sun, A.-B. Wang, Y. Huang, C.-W. He, Y. Shi, X. Chen, M.P. Nghiem, Y. Liu, M. Chen, F. Dawood, M. Fukuoka, Y. Maekawa, L. Zhang, A. Leask, A.K. Ghosh, L.A. Kirshenbaum, P.P. Liu»Curcumin prevents and reverses murine cardiac hypertrophy» Journal of Clinical Investigation Available online, Free Access, doi: 10.1172/JCI32865 (*) source : La nutrition.fr

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Une épice millénaire : Le Curcuma

curcuma antioxydant

LE CURCUMA millénaire

Le curcuma est une épice d’origine orientale, plus précisément d’Asie méridionale, qui se diffusera par la suite dans tout le Sud-Est asiatique. Il arrive plus tard en Europe, grâce au commerce avec l’Orient. On importait alors soit la racine – ou mieux le rhizome desséché à la couleur jaune intense si typique– soit en poudre, après concassage du rhizome.

La poudre de curcuma, très proche de la couleur ocre, a été longtemps utilisée par les peuples des anciennes civilisations pour ses propriétés colorantes.

Les Romains l’utilisaient pour teindre les tissus ; Marco Polo évoque cette épice dans son livre des Merveilles pour son pouvoir colorant, proche du safran. D’ailleurs, l’une des variétés les plus courantes (nom botanique curcuma longa) répond au nom de ‘safran d’Orient’.

 

curcumine curcuma santé

C’est au XVIème siècle que ses propriétés médicamenteuses commencent à être connues, soignant tant la jaunisse que les troubles du foie.

Aujourd’hui encore l’effet protecteur du foie et celui stimulant des voies biliaires, favorisant la sécrétion et l’évacuation, sont très appréciés ; ils sont dûs à la curcumine, concentrée dans le rhizome, qui aide à la concentration du cholécyste.

La curcumine possède également des vertus anti-inflammatoires : elle s’avère donc utile en cas d’inflammation des tissus et des articulations.

Des analyses récentes se penchent d’ailleurs sur la question de son utilisation en lieu et place des AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) dans le traitement de l’arthrite rhumatoïde. En effet, les anti-inflammatoires synthétiques sont responsables de nombreux effets collatéraux, en particulier au niveau de l’estomac et du système nerveux.

Le curcuma a un effet notoirement anti-tumoral, particulièrement efficace contre les mélanomes et les tumeurs de la peau, dont il ralentit les progrès tout en détruisant les cellules.

 

Curcugreen®

 

LA CURCUMINE

La curcumine ou diféruloylméthane est le pigment principal du curcuma (Curcuma longa), aussi appelé safran des Indes. C’est un pigment polyphénolique (curcumoïde) qui donne une couleur jaune (c’est le colorant alimentaire E100).

La curcumine est un pigment soluble dans l’huile et l’éthanol. Elle est extrêmement stable à la chaleur et peut généralement être utilisée dans des produits présentant des degrés d’acidité divers. Elle est sensible à l’anhydride sulfureux à des niveaux supérieurs à 100 ppm et est peu stable lorsqu’elle est exposée à la lumière.

La curcumine est un puissant antioxydant plus actif que la vitamine E, un puissant antiseptique et antibactérien, ainsi qu’un puissant anti-inflammatoire3 car elle inhibe la cyclooxygénase 2 ainsi que le facteur de transcription NF Kappa B impliqués dans les processus inflammatoires.

Tous les essais parmi plus de 7000 recherches spécifiques, certaines ont été réalisé sur l’homme avec de la curcumine ont montré que lorsqu’elle est utilisée seule, la curcumine est très rapidement éliminée par l’organisme. Il est donc nécessaire de lui adjoindre un bio-disponibilisateur (pipérine, bromeline, huile de coco, nanolipides,.. ) pour mieux profiter à notre organisme et passer dans notre sang.

La pipérine (présente dans le poivre noir) est capable d’inhiber les voies d’élimination de la curcumine, et ainsi de multiplier sa biodisponibilité par un facteur de 204.

Des extraits de curcuma hautement concentrés en curcumine sont parfois associés également à de la pipérine de poivre pour améliorer la biodisponibilité de la curcumine et sont proposés comme complément alimentaire pour contribuer à la protection cellulaire générale ou dans les situations physiologiques de gênes articulaires.

La pipérine de poivre est contre indiqué dans certains traitements d’où la nécessité dans ce cas de consulter un médecin avant d’entamer une cure de jouvence cellulaire!

Le jus de curcuma, obtenu à partir des rhizomes frais, conserve ses phytonutriments fixes (curcumine, turmérine… ) et volatiles (l’huile essentielle présente dans le jus de curcuma frais favoriserait la biodisponibilité des curcumines dans l’organisme ). Depuis des siècles, l’utilisation traditionnelle du curcuma frais en Asie du Sud-Est, lieu à l’origine de la découverte des bienfaits supposés du curcuma, n’a jamais fait l’objet de la consommation d’une seule molécule isolée (curcumine) mais du totum de rhizome.

La curcumine, la turmérine et l’huile essentielle, de par leurs propriétés, agissent en parfaite synergie et complémentarité.

 

Curcugreen®

 

Références :

Deodhar SD, Sethi R, Srimal RC. Preliminary study on antirheumatic activity of curcumin (diferuloyl methane). Indian J Med Res. 1980;71:632-634.

Satoskar RR, Shah SJ, Shenoy SG. Evaluation of anti-inflammatory property of curcumin (diferuloyl methane) in patients with postoperative inflammation. Int J Clin Pharmacol Ther Toxicol. 1986;24(12):651-654. (PubMed)

Lal B, Kapoor AK, Agrawal PK, Asthana OP, Srimal RC. Role of curcumin in idiopathic inflammatory orbital pseudotumours. Phytother Res. 2000;14(6):443-447. (PubMed)

You cannot copy content of this page
%d blogueurs aiment cette page :